Le coworking et son influence sur le monde de l’entrepreneuriat

coworkingLe monde des entreprises a connu des changements majeurs en plusieurs décennies. En effet, la situation des travailleurs s’est nettement améliorée et on peut retrouver aujourd’hui bon nombre de méthodologies liées à l’optimisation des conditions d’exercice des entrepreneurs. Souvent, dans certains secteurs d’activité, être travailleur indépendant peut se révéler avantageux en termes d’autonomie. Cependant, les travailleurs sont confrontés à des problèmes de démotivation et de solitude ainsi qu’à l’absence de réseau. Le travail collaboratif ou le coworking peut alors être une alternative à envisager. Dans ce billet, je vais essayer de vous montrer les différentes facettes de ce nouveau mode de travail qui fait fureur dans plusieurs pays depuis quelques années.

Le concept du coworking

Le principe du coworking est assez simple. Il s’agit essentiellement d’un mode d’organisation de travail. Il permet aux travailleurs et utilisateurs indépendants de bénéficier d’un espace de travail partagé, un espace ouvert sur le monde, mais peut aussi être assimilé au tiers-lieu. C’est aussi un espace souple et très évolutif qui répond aux objectifs de l’économie collaborative. Un espace de coworking doit par définition répondre efficacement et rapidement aux besoins en matière d’infrastructure et de matériel de ses utilisateurs. C’est donc une plateforme proposant des salles de réunion, des postes de travail, une cafétéria et bien d’autres installations communes aux bureaux d’entreprises. La seule différence est que c’est un espace dédié à des personnes de différents secteurs d’activité et qui travaillent normalement à domicile. Remarque, les entreprises aussi tendent à s’intéresser à ce concept de plus en plus innovant.

Les avantages de ce mode de travail

Le coworking a bon nombre d’attraits, car il permet non seulement d’éviter les risques d’isolement et la location de bureaux trop chers. L’espace de travail fourni 24h/24 et 7j/7 donne libre accès à des infrastructures de qualité et à différents équipements professionnels. De plus, les coûts sont souvent attractifs étant donné que les charges sont partagées entre les coworkers et les démarches administratives sont moins prenantes. Ce type d’espace est également un lieu d’échanges et de rencontre. On y rejoint une véritable communauté et il y est possible de se constituer un réseau professionnel. Elle permet aux entreprises de réduire ou d’équilibrer leurs dépenses, de se joindre à une dynamique d’innovation et d’optimiser la mobilité de leurs employés.

Son évolution en France

Le concept du coworking ne s’est développé en France qu’à partir des années 2008. Un peu en retard par rapport aux autres pays européens, la France possède aujourd’hui plus de 400 espaces dédiés au coworking et les Français s’intéressent de plus en plus à cette nouvelle forme de travail collaboratif. Les espaces de travail partagés contiennent généralement de 21 à 50 postes et les tarifs de locations avoisinent les 300 à 400 euros en région parisienne. Néanmoins, il est tout à fait possible d’opter pour un tarif à l’heure, à la journée, au mois ou à l’année en fonction des besoins.

Ses impacts au niveau international

Le travail collaboratif est un concept d’organisation de travail de plus en plus apprécié à l’échelle mondiale. Elle se glisse lentement dans les habitudes de consommation des professionnels et permet d’apporter des solutions innovantes aux conditions traditionnelles de travail. Le coworking est un espace dynamique permettant de profiter d’un instant de partage et de convivialité avec divers acteurs de l’entrepreneuriat. Il se démocratise et le nombre d’espaces ouverts dans le monde ne cesse d’augmenter. On compte maintenant plus de 13800 espaces de travail partagés et plus d’un million d’utilisateurs selon les récentes études. Ces espaces sont de plus en plus modernes et l’on y privilégie une plus grande liberté de mouvement.

Le coworking, pourquoi et pour qui ?

On a remarqué que suite aux effets de la crise, les personnes sont de plus en plus attirées par les emplois indépendants. Ce fut aussi mon cas et pour cause, le coworking offre des avantages non négligeables et se base sur plusieurs bonnes valeurs. Collaboration, durabilité, ouverture, productivité, accessibilité, créativité, communauté…, tout est compris dans ces espaces. Initialement conçu pour les télétravailleurs et les travailleurs indépendants, le coworking est aussi utile pour certaines grandes entreprises souhaitant contribuer au bien-être de leurs salariés ou réduire leurs coûts.

Mon ressenti par rapport à la démarche

D’après mon expérience, opter pour le coworking reste le must en matière d’organisation de travail. Travailler en communauté permet d’être plus motivé et d’améliorer considérablement son expérience sociale. On a une meilleure interaction avec les autres et il est possible de se créer son propre réseau avec d’autres professionnels exerçant dans la même branche d’activité que nous. De plus, il est plus facile d’organiser ses journées et il y a moins de pression. Bien souvent, on a de meilleurs outils pour travailler et cela permet de faire de véritables économies de temps et d’argent, augmentant ainsi notre productivité. Alors, pourquoi ne pas vous y mettre aussi ?

Tout savoir sur les stratégies immobilières adaptées aux entreprises

immobL’importance de l’immobilier est aujourd’hui souvent oubliée des entreprises. Or, elle joue un rôle crucial dans leur développement. De plus, l’actif immobilier constitue souvent le second poste de dépenses d’une société après le premier actif au bilan et les charges salariales. Il est possible pour une entreprise de se retrouver face à diverses contraintes liées au contexte immobilier (hausse des coûts, multiplication des cessions d’actifs…) et au contexte économique (forte concurrence, crise). Une bonne stratégie immobilière lui permet alors de bien gérer ses ressources, d’améliorer les conditions de travail des salariés et de rationaliser les coûts. Je vais essayer dans ce billet de vous soumettre les stratégies immobilières pouvant être adoptées par votre structure.

Achat ou location ?

Choisir une stratégie immobilière n’est pas une tâche facile. Tout bon chef d’entreprise doit avant tout remettre en question le fonctionnement de sa société et déterminer quel type de stratégie est la plus avantageuse en termes d’investissement. La réflexion se porte surtout sur les modes de travail, les besoins en flexibilité, les objectifs de réduction des coûts et l’utilisation des aménagements. Deux alternatives s’offrent alors à vous. Il vous est possible d’acheter des locaux pour vous constituer un patrimoine ou d’opter pour la location de locaux pour bénéficier de plus de souplesse. Cela dépend surtout des possibilités financières de votre structure et de vos attentes en matière de stabilité et de visibilité.

Pourquoi ne pas opter pour des tiers lieux ?

Depuis quelques années, une nouvelle stratégie immobilière a vu le jour et fait l’unanimité au sein des jeunes entreprises, PME et TPE. L’installation dans des tiers lieux tels que les espaces de coworking, les télécentres ou encore les centres d’affaires peuvent se révéler très avantageux pour leur stratégie d’entreprise. En effet, ces installations immobilières proposent une durée de location plus flexible, des locaux plus petits, des bouquets de services à la carte et une superficie plus modulaire. Les entreprises gagnent ainsi en mobilité et peuvent se constituer un réseau de développement grâce aux diverses possibilités de rencontre et d’échange offertes par cette alternative.

Louer ses locaux à d’autres structures, est-ce une bonne idée ?

Une autre stratégie s’est aussi développée dans le domaine de l’immobilier d’entreprise : l’hébergement d’entreprises. Souvent initier par les grands groupes, cette solution peut aussi être adoptée par les entreprises. Il s’agit essentiellement de créer au niveau de votre structure un centre d’affaires ou un incubateur corporate. Il vous est alors possible de louer ou de sous-louer quelques-uns de vos locaux afin de diminuer vos charges immobilières. Cela permet aussi de réaliser certains bénéfices et il est possible à long terme d’envisager un nouvel investissement immobilier. Bien entendu, en contrepartie vous devrez accompagner les entreprises locataires, ce qui demande de véritables qualités entrepreneuriales.

Comment se passent les financements ?

Trouver les financements nécessaires pour mettre en œuvre une stratégie immobilière est toujours un grand défi pour les entreprises. Cela dépend de la valeur de leur capital financier et de leurs marges de bénéfices par rapport à leurs activités. Les grandes entreprises ont souvent la possibilité d’investir massivement dans l’immobilier tandis que les plus petites peinent à trouver des fonds pour leur location. Bien entendu, il leur est toujours possible de se tourner vers les banques pour un prêt immobilier. Par ailleurs, penser au crédit-bail immobilier reste un bon compromis, car elle permet de financer en totalité son investissement, et ce, sans fonds propres à apporter et sur le long terme.

L’essentiel à savoir pour réussir des innovations managériales

managementLe domaine entrepreneurial est un domaine assez complexe. Les attentes et les stratégies managériales diffèrent d’une entreprise à une autre. De plus, chaque entreprise possède ses propres produits et son propre marché. Initier un changement dans le code de conduite, mais aussi au niveau du management peut se révéler être une tâche assez ardue. Grâce à mon retour d’expérience au niveau de certaines structures et aux avis des professionnels du management, ce type de projet doit impérativement s’effectuer étape par étape et selon un processus bien défini. Ces démarches bien menées permettent de réussir tous types d’innovation managériale.

La gestion du changement

De plus en plus de sociétés sont aujourd’hui attirées par les nouvelles formes de management. La raison est simple, ces nouvelles pratiques permettent de transformer de façon durable le mode de travail des managers ainsi que de leurs collaborateurs. Il y en a toute une variété, mais les plus appréciés restent le management à distance, la mise en place d’équipes autodirigées, le management par objectifs ou encore les méthodes de contrôle à 360°. Chacune de ces méthodes a été testée et leur efficacité a été prouvée au sein de plusieurs structures. Cependant, elles ne correspondent pas forcément à la culture et au mode de fonctionnement de votre entreprise. C’est pourquoi il est crucial de bien étudier leur fonctionnement et leur avantage opérationnel.

La réalisation d’un diagnostic poussé

Avant d’initier le projet, les dirigeants de l’entreprise doivent avant tout remettre en question l’organisation de leur société selon différents critères. Il faut remettre en cause l’environnement où évolue l’entreprise, ses difficultés à répondre aux besoins de ses clients, l’ensemble des éléments liés à sa performance sociale et économique, les innovations proposées par la concurrence… Il faut aussi se baser sur les besoins de la société ainsi que les résultats souhaités. Le changement d’une entreprise nécessite du temps et il est conseillé de bien choisir l’ensemble des innovations à mettre en place pour éviter les problèmes au niveau organisationnels. Grâce à internet, il est néanmoins possible, de nos jours, de s’inspirer des exemples de processus et de bonnes pratiques appliquées par plusieurs entreprises réputées.

La mise en œuvre de la stratégie managériale

Une fois choisie, la stratégie de management doit être lancée étape par étape. Il n’est pas conseillé de faire un changement radical au sein de toute l’entreprise, car cela peut provoquer la déstabilisation de l’ensemble des employés et provoquer des pertes de temps non négligeables. Elle nécessite donc une bonne préparation, mais également une étude préalable des mauvais scénarios qui pourraient survenir lors de l’application. Les dirigeants pourront ainsi imaginer des alternatives efficaces en cas de problème.

Une conjoncture économique de bon augure pour les PME en 2017

images

Depuis janvier, l’année 2017 s’annonce comme une période économique très avantageuse pour les entreprises. En effet, cela s’est confirmé au premier semestre grâce aux différentes enquêtes sur les entreprises. On retrouve une hausse significative des embauches et les demandes en matière de service tendent à augmenter et à garder une certaine stabilité. Selon l’investigation menée par Bpifrance Le Lab, près de 4.500 dirigeants de PME ont affirmés leur optimisme quant à l’évolution de leurs activités. On peut ainsi conclure que l’économie et l’emploi sont en bonne voie pour sortir du contexte de crise. Espérons que cela dure, les détails dans cet article.

Des activités croissantes dans tous les secteurs

Les PME affichent aujourd’hui leur optimisme par rapport à leurs prévisions de

commandes. L’indication en solde d’opinion a nettement progressé depuis 2011 et les tendances de croissance restent ascendantes. Bien entendu, c’est aussi le cas en ce qui concerne la trésorerie. Les finances des entreprises tendent à s’améliorer d’année en année, de même que les possibilités d’investissement. Les dirigeants espèrent encore une accélération des activités en 2018 et prévoient déjà des bénéfices conséquents ainsi qu’une augmentation homogène de leurs effectifs et de leur savoir-faire.

Quelques inquiétudes concernant la concurrence

On remarque notamment que face à la diversification des activités et à une plus grande accessibilité au niveau des métiers, quelques problèmes restent à prévoir. Cela concerne surtout la concurrence déloyale que peuvent exercer certains auto-entrepreneurs. En effet, l’augmentation des chiffres d’affaires des entreprises permis par le nouveau

régime économique pourrait entraîner des anomalies concernant la concurrence. Bien que, les avantages de création soient nombreux pour les entreprises émergentes, les PME déjà en place pourraient être désavantagées par ce projet de loi. Les entreprises du régime général appréhendent leurs situations face à ces micro-entreprises qui bénéficient de cette mesure simplifiée alors qu’eux sont soumis à différentes contraintes administratives, sociales et fiscales.

On remarque que 2017 par rapport à 2016 est une année phare pour les entreprises. Les perspectives de rentabilisation étant en hausse, on peut aussi voir que le nombre de défaillances au niveau des entreprises affiche une baisse significative de 7,8% depuis le début de l’année, surtout dans l’Hexagone. On affiche 13% de baisse au niveau des PME avec une hausse des perspectives d’emplois. Cela concerne aussi bien le domaine de la construction que les domaines du commerce de détail et de l’industrie. Les dépôts de bilan sont moins nombreux et les entreprises nouvelles résistent mieux face à la concurrence.